La transformation sociale suppose une rupture institutionnelle forte – L’Humanité, 27 octobre 2009

 Comment relever les valeurs de l’éthique républicaine

jetées à terre par le sarkozysme

 « Se réapproprier l’histoire, la science et la morale, tel doit être l’objectf centralde la transformation sociale démocratique. Cela implique la suppression de l’élection du président de la République au suffrage universel »

Au fil du temps se confirme l’évolution amorcée par le pouvoir sarkozyste dès son installation, aggravant les traits les plus antidémocratiques d’une V° République passée d’un système dit de « parlementarisme rationalisé », à une « monarchie aléatoire » (sanctionnée par le quinquennat et l’inversion des élections présidentielle et législatives), pour déboucher sur la « dérive bonapartiste » dans laquelle le pays est aujourd’hui entraîné (1). Sarkozy couvre la France d’une honte qu’elle ne mérite pas.

Les affaires de son fils et de Frédéric Mitterrand ne sont que l’écume nauséabonde d’une décomposition en profondeur. Ce système n’assure sa survie que par la manipulation de l’opinion publique et le renforcement de l’autoritarisme d’un exécutif irresponsable dépourvu de culture historique, de responsabilité publique, de morale républicaine. Pour parvenir à ses fins et conserver son pouvoir il n’hésite pas à dénaturer en profondeur les structures des collectivités publiques forgées par notre histoire, tant au niveau de l’État (réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008) qu’à celui des collectivités territoriales, par le moyen des projets de loi adoptés lors du dernier conseil des ministres.

Mais cette offensive contre notre patrimoine institutionnel ne doit pas pousser au découragement car, à la mesure même des atteintes qui lui sont portées, s’ouvrent des champs de reconquête de ce qui siège au cœur de la nation : des principes éprouvés d’organisation institutionnelle, une démarche rationnelle de gestion des affaires publiques, une éthique républicaine présidant à la définition de l’intérêt général. Ce sont ces valeurs aujourd’hui à terre que notre peuple doit relever et se réapproprier.

Réappropriation d’institutions républicaines démocratiques. Dans le cadre du débat sur la réforme des collectivités territoriales, le pouvoir a choisi de privilégier les niveaux des agglomérations communales, de la région, de l’Union européenne contre ceux de la commune, du département, de la nation. Sans méconnaître les premiers, il faut faire le choix des seconds comme niveaux structurants de l’aménagement du territoire et de la décentralisation. Deux principes président à ce choix : d’une part, la République est une et indivisible et c’est au niveau de l’État-nation que se définit l’intérêt général, les collectivités territoriales n’ayant pas de compétence législative propre, ce qui exclut, par exemple, toute forme d’expérimentation législative des régions ; d’autre part, le principe de libre administration des collectivités territoriales (art. 72 de la constitution). Ces principes peuvent être contradictoires ; il appartient alors au débat démocratique de lever la contradiction par le recours à deux moyens : la compétence générale reconnue à chaque collectivité au-delà de ses compétences spécifiques, l’organisation d’une subsidiarité librement déterminée entre niveaux de compétences.

Réappropriation de la démarche scientifique dans la gestion des affaires publiques. Toutes les collectivité publiques sont soumises aujourd’hui a une contrainte financière qui tend à les asphyxier. C’est évidemment le cas pour les collectivités territoriales en raison de la suppression de la taxe professionnelle dont la compensation n’est pas assurée. Mais c’est aussi le cas de l’État. La mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) sous les apparences d’une méthodologie fonctionnelle organise de manière particulièrement perverse la compression budgétaire des services publics par l’application de la règle dite de « fongibilité asymétrique » (des crédits destinés à l’emploi peuvent être utilisés pour des dépenses de fonctionnement et d’investissement mais pas l’inverse). La révision générale des politiques publiques (RGPP) aggrave la situation, non seulement en s’ordonnant derrière l’objectif stupide et démagogique de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, mais surtout en procédant à un véritablement démantèlement de l’ « administration rationalisante » : après la suppression du Commissariat général du Plan, celle du Conseil national d’évaluation, du Haut conseil du secteur public, du Haut conseil à la coopération internationale, et de beaucoup d’autres organismes dont la vocation était la rationalisation des politiques publiques (2). La « main visible » est tranchée pour laisser le champ libre à la « main invisible ». C’est la raison qui doit guider la recherche de l’efficacité sociale et non l’esprit de rentabilité de l’entreprise privée : l’idéologie managériale est un snobisme. La planification, la rationalisation, l’évaluation doivent être réhabilités.

Réappropriation de l’éthique républicaine dans le service de l’intérêt général. La France est le seul pays développé à posséder un service public aussi étendu : 5,2 millions de fonctionnaires régis par un Statut général fondé sur des principes républicains d’égalité, d’indépendance et de responsabilité caractérisant la conception du fonctionnaire citoyen. Parmi eux 1 800 000 fonctionnaires territoriaux célèbrent cette année le 25° anniversaire de leur statut. À quoi il convient d’ajouter environ 1 million de salariés sous statut des entreprises et organismes publics. C’est ce môle de résistance au marché et au contrat de droit privé que le président de la République a entrepris de détruire. Mais la crise financière a révélé le rôle d’ « amortisseur social » de ce service public, tant du point de vue du pouvoir d’achat, que de l’emploi, du système de protection sociale, de retraite et aussi, ce qui a été plus rarement souligné, d’un point de vue éthique. Face à l’immoralité spectaculairement affichée par le système financier mondial, le service public national est un espace intègre. La « révolution culturelle » promise par le président de la République en septembre 2007 a été tenue en échec. On peut dire aujourd’hui que si, pour le pouvoir, le cap destructeur est maintenu, le « grand soir statutaire » qu’il envisageait n’aura pas lieu.

Se réapproprier l’histoire, la science et la morale, tel doit être l’objectif central de la transformation sociale démocratique. Cela implique nécessairement une rupture institutionnelle forte : la suppression de l’élection du président de la République au suffrage universel. Et une posture courageuse : le refus de participer à une élection dont, nous dit-on, tout dépend, mais qui est en réalité au cœur du processus de désagrégation de la République française.

(1) L’Humanité, « Dérive bonapartiste », 27 août 2007.

(2) C’est ainsi que, sous couvert de modernisation, le Conseil de modernisation des politiques publiques du 12 décembre 2007 a, parmi les 96 mesures de réforme de l’État qu’il a retenues, prévu en tête de celles-ci : la suppression du Haut conseil du secteur public, du Conseil national de l’évaluation, du Haut Conseil à la coopération internationale, de huit des neuf centres interministériels de renseignements administratifs (CIRA) ; également : le transfert de la direction générale de l’administration et de la fonction publique au ministère du Budget, l’intégration du Comité d’enquête sur les coûts et les rendements des services publics à la Cour des comptes. Ces suppressions et restrictions venant après l’intégration de la direction de la Prévision dans la Direction générale du Trésor et de la politique économique et surtout l’emblématique disparition du Commissariat général du Plan créé au lendemain de la Libération. Ajoutons-y aujourd’hui la délocalisation de l’INSEE à Metz, ce qui de l’avis général va contrarier sa mission de service public, la suppression de plusieurs dizaines de centres météorologiques départementaux, la perte d’identité des Archives de France (création de la Révolution française) dans une vaste direction du patrimoine. Ajoutons-y encore le projet de loi organique prise en application de la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008 qui va supprimer la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) qui rendait public les abus des forces de sécurité (mal vue pour cette raison du ministère de l’Intérieur) et la Mission de défense des enfants.

4 commentaires sur “La transformation sociale suppose une rupture institutionnelle forte – L’Humanité, 27 octobre 2009

  1. Jean Tabet (qui n’a ni ordinateur, ni adresse mail) souhaite vous faire savoir qu’il se rallie totalement à votre position contre l’élection du Président de la République et sur le glissement bonapartiste de cette fonction.Ìl souhaitait échanger là dessus et me demande de vous donner son adresse afin que vous le fassiez par courrier si vous le voulez bien :
    Jean TABET, Le Saint Côme – Bat. B – chemin de Cueth
    13300 – SALON DE PROVENCE

    Merci
    mes amitiés militantes

    J'aime

  2. Jean TABET (qui n’a ni ordinateur, ni adresse mail) souhaite vous faire savoir qu’il se rallie totalement à votre position contre l’élection du Président de la République et sur le glissement bonapartiste de cette fonction. Il souhaitait échanger là dessus et me demande de vous donner son adresse afin que vous le fassiez par courrier si vous le voulez bien :
    Jean TABET, Le Saint Côme – Bat. B – Chemin de Cueth
    13 300 SALON DE PROVENCE

    J'aime

  3. J’aime entendre enfin parler le langage de la raison, de la réappropriation et de la morale. La nécessaire lutte contre les « egos » est vouée à une réitération infinie si elle n’est pas relayée par la mise à mort de cette hydre de Lerne, le présidentialisme, qui fait des ravages au-delà même des institutions proprement dite (personnalisation du pouvoir sur les lieux de travail…) Face à l’ahurissante régression pétainiste que nous subissons, on ne s’en tirera pas par des quolibets, mais par une action multiforme qui doit intégrer la mise en question des formes dans lesquelles s’exerce la vie politique de notrans pays.

    J'aime

  4. Anicet Le Pors a raison : nous sommes à un moment clef de notre histoire

    Dans la page « Tribunes et Idées » de l’Humanité du 27 octobre, Anicet Le Pors nous donne un texte que je partage pleinement.

    Oui, nous sommes bien à un point particulier de notre histoire ; ou bien les valeurs de l’éthique républicaine, actuellement piétinées par le sarkozysme, feront partie de notre passé ; ou bien, par un sursaut salutaire, le peuple de France impose par une autre rupture, une transformation sociale forte. Pour que le troisième qualificatif du développement durable, qui devrait l’être écologiquement, économiquement mais aussi socialement ne soit pas qu’un qualificatif sans contenu.

    Une précision : dans son texte il indique « que dans le cadre du débat sur la réforme des collectivités territoriales le pouvoir à choisi de privilégier les niveaux des agglomérations communales, de la région, de l’union européenne, contre ceux de la commune, du département et de la nation ». Et il précise les raisons de son désaccord, avec, là encore, des arguments que je partage.

    Mais ce choix correspond exactement à ce que certains de ceux qui travaillaient sur ces question depuis la fin des années 80 m’avaient expliqué, et que l’on retrouvait alors dans plusieurs textes. Je m’étais permis d’en citer quelques phrases lors de congrès de l’Association des Maires de France.

    Que disaient-ils ?

    « Que la société allait être de plus en plus inégalitaire, socialement et territorialement, du fait de la logique économique dominante qui met en concurrence les hommes et les territoires. Que certains allaient donc cumuler les deux avantages, ou les deux inconvénients ». Et que donc, face à cela, il fallait dissocier « les lieux de revendication » « des lieux de décision ». Les premiers, proches, les autres plus lointains, comme, m’avaient-ils dit dans les grands groupes économiques : en cas de licenciements ou délocalisations, des salariés peuvent séquestrer le DRH, voir le directeur local. Le conseil d’administration qui a pris la décision, ils ne savent même pas toujours qui c’est, où il est, etc… ».

    D’où les compétences économiques données aux communautés, aux régions, à l’Europe et le « social et le quotidien » aux départements et aux communes. Parce qu’il ne fallait surtout pas supprimer les communes, mais mettre « en première ligne » les Maires, afin notez la formulation, que ces élus locaux de proximité « gèrent les exclusions pour éviter les explosions »…

    Et comme les citoyens/habitants/contribuables/ leur demanderont plus alors qu’ils auront moins, ce sont eux qui seront « responsables au yeux de leurs administrés ».

    J’avais d’ailleurs employé la formulation à l’un des congrès des Maires, « nous serons des élus fusibles, quand c’est la société qui va disjoncter ».

    C’est cette perception qui est le fil rouge de mes prises de position, depuis quelques années déjà, non sans difficulté parfois.

    Mais oui, cette période de notre histoire est essentielle : ou l’on arrive à contrer l’offensive sarlozyste, ou…

    Maxime CAMUZAT,
    Maire de ST GERMAIN DU PUY,
    1er Vice-président du Conseil Général du Cher,
    Vice-président de la Communauté d’Agglomération de Bourges,
    Vice-président des Maires de France

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s