Laïcité et citoyenneté

La laïcité joue un rôle déterminant dans la formation de la citoyenneté. Elle agit sur les valeurs et principes, les moyens pour permettre un exercice effectif, sa dynamique. Elle repose sur les principes de liberté de conscience et de neutralité de l’État, des collectivités publiques et des services publics.

La conception de l’intérêt général est politique dégagée de fatalité, de notions de lois naturelles ou transcendances.

L’affirmation du principe d’égalité conduit à l’interdiction de toute discrimination en raison de l’origine, de l’ethnie, de la religion … Elle appelle des actions positives pour que le principe conduise à l’égalité réelle en dépit des différences de situations.

L’éthique de la responsabilité se décline de multiples façons. Ce sont les citoyens et les citoyennes qui établissent les règles de la morale sociale.

Le statut du citoyen s’établit sur des bases politiques, économiques et sociales.

La démocratie locale constitue le cadre privilégié dans lequel s’expérimente la laïcité en matière de financements, de pratiques des libertés individuelles et collectives.

La laïcité est annoncée dès l’article premier de la constitution. La nature des institutions et le comportement des dirigeants conditionnent l’application du principe.

La citoyenneté se développe aujourd’hui dans une situation de crise systémique. La perte de repères idéologiques trouble l’action des défenseurs de la laïcité.

Les droits de l’homme qui sont des libertés, mais ils ne peuvent être un substitut aux droits des citoyens qui sont des pouvoirs.

La citoyenneté européenne décrétée n’existe pas dans la vie des peuples de l’Europe. Le XXI° siècle peut voir se développer les prémices d’une citoyenneté mondiale au sein de laquelle le principe de laïcité est appelé à jouer un rôle essentiel.