Régression et modernité

Conférence régionale pour l’emploi territorial

Centre de gestion de la Fonction publique territoriale



« Les agents publics de demain »

Centre départemental de gestion des des Hauts-de-France – Lille, 15 novembre 2019

Je remercie Monsieur le Président Marc Godefroy pour son invitation, Madame Mathilde Icard pour la parfaite organisation de cette rencontre et c’est avec un grand plaisir que je salue Monsieur Michel Hutiart, Président de la Fédération nationale des centres départementaux de gestion auquel me lie un compagnonnage déjà ancien et toujours chaleureux et amical.J’ai bien précisé aux organisateurs qu’ils ne pouvaient pas compter sur moi pour faire le service après vente de la loi du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique. Ils ont bien boulu m’en donner acte et préférer la priorité au débat. Je les en remercie. Et c’est dans cet esprit que je critiquerai  l’amorce du programme qui nous a été distribué selon lequel il s’agirait « du passage du singulier au pluriel, d’un statut aux statuts des agents publics … ». Non, je considère pour ma part et je verse cette opinion au débat, qu’il y a bien des situations variées dans la fonction publique, mais qu’il n’y a qu’un statut général des fonctionnaires (SGF) et des contrats.

La loi du 6 août a surtout le caractère d’une loi cadre, vu l’ampleur du renvoi à de multiples textes réglementaire qui ne verront le jour qu’au cours des deux ou trois prochaines années. Ce n’est qu’à ce moment là que nous pourrons apprécier précisément son contenu. Néanmoins, nous pouvons faire aujourd’hui un diagnostic partiel et avancer des propositions, car une autre fonction publique que celle qui nous est présentée est possible.

La régression

La loi du 6 août est l’aboutissement d’une démarche chaotique. Dès 1987, la loi Galland a tenté de faire revenir la fonction publique territoriale vers un système de l’emploi liant étroitement l’agent public à son métier. En 2003, après la cohabitation Jospin-Chirac, le rapport annuel du Conseil d’État a proposé de faire du contrat « une source autonome du droit de la fonction publique ». L’idée a été reprise en septembre 2007 par le Président Nicolas Sarkozy souhaitant promouvoir « le contrat de droit privé négocié de gré à gré ». Un livre blanc du conseiller d’État Jean-Ludovic Silicani lui a été remis en avril 2008 en pleine crise financière. L’avis général a été alors que da réforme était inopportune dans la crise car, avec un secteur public étendu, la France disposait d’un « amortisseur social » efficace de la crise. Malgré cela Emmanuel Macron au cours de sa campagne présidentielle a jugé le statut général des fonctionnaire « inapproprié », (s’attirant aussitôt la réplique de Martine Aubry : « Macron, ras l’bol ! »), puis dénoncé en août 2017 les insiders, les personnels à statuts. Simultanément, pendant les trente années qui ont suivi l’adoption du statut de 1983, on a pu compter 225 modifications législatives du SGF, le plus souvent des dénaturations, prouvant malgré tout la solidité et d’adaptabilité du statut.

Chaotique également le cheminement de la loi du 6 août. Le Premier ministre Édouard Philippe a lancé le 13 octobre 2017 une opération complexe Comité action publique 2022 dite CAP22, qui devait produire un rapport de propositions fin mars 2018. Mais, par référence à ce qui précède, le gouvernement savait très bien ce qu’il voulait faire et il n’avait nul besoin de CAP22. Dès le 1er février 2018 effectivement, le Premier ministre a annoncé les réformes qu’il entendait promouvoir : développement massif du recours aux contractuels, plans de départs consécutifs à la suppression de mission ou à leur transfert au secteur privé, ruptures conventionnelles, rémunération dite au mérite.  De fait, un rapport réputé être celui de cAP22 a émergé en juillet 2018, mais il n’a jamais été cautionné par le Gouvernement. Si on a pris CAP 22 au sérieux c’est un fiasco. Si on l’a pris pour un leurre – ce qui est mon avis – c’est un manque de respect.

Toutefois, cette démarche chaotique recouvre une stratégie claire.

La réforme du code du travail, amorcée sous le quinquennat précédent,  a eu pour principal effet de faire descendre dans la hiérarchie des normes la relation salariale  au niveau du contrat de droit privé individuel susceptible de constituer la référence sociale déterminante pour le privé comme pour le public (en 1982, j’avais dit vouloir faire  du SGF la référence sociale pour tous les salariés, ce qui ne signifiait pas une volonté de transformer tous les salariés en fonctionnaires). La voie était alors ouverte pour le lancement de la croisade anti-statutaire. Elle s’est attaquée d’abord au statut réglementaire des cheminots et, le Gouvernement étant parvenu à ses fins, au statut général des fonctionnaires.

La réforme principale comme on pouvait s’y attendre est la possibilité de recourir aux contractuels à tous niveaux, y compris aux postes de direction les plus élevés.  Cette possibilité va se combiner avec le développement d’un phénomène qui s’est développé au cours des dernières années : le « rétro-pantouflage ». Le pantouflage était la pratique de hauts fonctionnaires émigrant vers le privé. Ce que l’on observe aujourd’hui c’est leur retour fréquent dans le public avec carnets d’adresses et méthodes de gestion puisées dans le secteur privé. Le Président de la République en est un exemple.

L’autre réforme importante est l’affaiblissement des organismes de représentation et de concertation des personnels. Le motif est de lever les obstacles aux détenteurs du pouvoir hiérarchique. Les commissions administratives paritaires (CAP) ne seront plus compétentes pour examiner les mobilités, les affectations, les avancements, les promotions. Les comités techniques (CT) qui n’étaient plus paritaires depuis quelques années, et étaient devenus de ce fait des instances d’enregistrement, seront fusionnés avec les comités d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT) en comités sociaux (CS)  qui devront appliquer des lignes directrices de gestion (LDG). On se limitera à ces deux réformes majeures, les ruptures conventionnelles, les plans de départ, la rémunération au mérite, n’auront leur pleine signification que lorsque les textes réglementaires verront le jour.

Le Conseil d’État avait formulé de nombreuses réserves et critiques du projet, regrettant notamment les insuffisances concernant l’étude d’impact, appelant de nombreuses précisions. Le Gouvernement s’est efforcé de donner une apparence avenante à ses réformes en mettant en avant certains thèmes. D’abord celui de la déontologie qui est une émanation de la notion de « droit souple » américain et qui a pour expression des chartes et des codes qui ne sont pas normatifs et, par là, conviennent mieux à l’économie de marché. Ensuite, le thème du dialogue social dont l’expérience nous apprend que l’on parle d’autant plus du dialogue social qu’il n’y a pas de dialogue social, alors on dialogue sur le dialogue. Enfin, l’ampleur du renvoi des dispositions de la réforme au pouvoir réglementaire, c’est-à-dire exécutif. Le secrétaire d’État lui même, a évalué à 50 le nombre de renvois à des décrets en Conseil d’État. Crest le signe d’une extraordinaire bureaucratie, courante lorsque l’on s’éloigne des principes. Ces annonces en  trompe-l’œil ne sauraient cependant masquer les enjeux.

C’est premièrement celui de la confiance.  Cette réforme n’a été réclamée ni par l’opinion publique, ni par les fonctionnaires, ni par les gilets jaunes, ni par les élus dont les associations s’opposent frontalement à la politique du Gouvernement à leur égard. Mais surtout elle est dénoncée par toutes les organisations syndicales et je rappelle que le statut de 1983 avait bénéficié du soutien de toutes ces organisations. Peut-on réaliser de grandes réformes, efficaces et démocratiques sans la confiance des acteurs ?

Deuxièmement, c’est un enjeu de transparence et de démocratie. Cette réforme aira de graves conséquences. Elle brouille les finalités de l’action publique en y introduisant des finalités de rentabilité de l’entreprise privée. Pat là elle accroit le risque de conflits d’intérêts. Il s’ensuit une captation de l’action publique par la finance au mépris de l’intérêt général.

Troisièmement,  cette réforme tourne le dos à la conception française du service public et de la fonction publique fondée sur l’idée du fonctionnaire-citoyen et le système de la carrière.

Alors que faire ?

La modernité

  Il convient de replacer la réflexion sur l’avenir de la fonction publique sur ses bases spécifiques. : la fonction publique appelle un effort collectif, elle est une réalité structurelle, elle doit par nature être réfléchie sur le long terme.

La fonction publique résulte d’un effort collectif. C’est pourquoi elle ne peut se passer d’une contribution des instances intermédiaires que dont les organisations syndicales auxquelles a été reconnu en 1983 la capacité de négociation (art. 8 et suivants de la loi du 13 juillets 1983). La réforme actuelle leur enlève toutes leurs compétences traditionnelles : elles avaient déjà perdu depuis 1983 la capacité de discuter des rémunérations du fait de la suppression des l’indexation des salaires et des prix, on leur ôte aujourd’hui la passibilité de discuter des avancements et de la mobilité. Que leur resterait-il ? La discipline, c’est indigne.

Il n’y a pas de texte sacré, une loi qui ne s’adapte pas à l’évolution du monde risque de se scléroser et est vouée à la disparition. Mais une modernisation statutaire suppose un assainissement de l’état actuel par l’épuration des dénaturations qui ont défiguré le statut depuis trente-six ans. Ce n’est qu’ensuite qu’il sera opportun de réaliser une codification souhaitable.

Dans cet effort collectif, il convient de faire des choix clairs : préférer la loi au contrat, la fonction au métier, l’efficacité sociale (sur laquelle je reviendrai) à la performance individuelle dirigée contre l’agent et non vers les finalités d’intérêt général.

La fonction publique est une réalité structurelle. À l’automne 2016, j’ai eu l’occasion de présenter au Conseil économique social et environnemental (CESE), dix chantiers de réformes structurelles de la fonction publique. J’en reprendrai ici quelques unes. Depuis des décennies, les classements indiciaires de la fonction publique n’ont pas changé alors que les techniques, les qualifications, les besoins, les contextes ont été profondément modifiés. La modernité implique un reclassement, avec revalorisation d’ensemble des corps, cadres et grilles indiciaires. C’est la condition pour que puisse être mise en place une réelle gestion prévisionnelle des effectifs et des compétences, avec une traduction effective du principe de mobilité reconnu comme garantie fondamentale en 1983, la mise en place de bi ou multi-carrières, les systèmes de formation continue d’ampleur nécessaire. Alors pourraient être précisés, aussi bien les emplois permanents devant être occupés par des fonctionnaires que les emplois de contractuels.

Parmi les autres chantiers deux d’entre eux me semblent devoir être considérés comme prioritaires. Celui de l’égalité hommes-femmes où le champ des mesures discrétionnaires est très large. Des mesures peuvent ainsi être rapidement prises pour faciliter l’égal accès des femmes et des hommes aux emplois supérieurs des fonctions publiques. Dans le même temps une attention particulière doit être accordée à la précarité qui touche spécialement les femmes dans les activités d’exécution de la catégorie C. La mutation numérique est aussi de la plus grande importance en raison du champ d’application majeur que constitue l’administration, et du fait des conséquences de cette évolution sur les conditions de travail des agents et les relations avec les usagers.

Par une incidente, en réponse à une journaliste, le Président de la République  a annoncé, dans une conférence de presse au printemps dernier, la suppression de l’École nationale d’administration. Ce n’est pas une manière sérieuse d’aborder la question de la formation initiale et continue des fonctionnaires des trois versants de la fonction publique. La création de l’ENA a été une réforme progressiste à la Libération, mais son enseignement a été progressivement dévoyé par l’idéologie managériale. Ce n’est pas en confiant à l’ancien président de la Ligue française de football (nouvelle diversion et nouveau leurre), que l’on pourra dégager les traits d’une réforme pourtant nécessaire, mais en repensant l’ensemble de la politique de formation des fonctionnaires et particulièrement celle de l’encadrement. Sa liaison avec l’Université doit être repensée, un tronc commun des aspirants hauts fonctionnaires doit être créé, centré sur la conception du service public républicain, avec des écoles d’application spécialisées dans les trois versants, les systèmes indiciaires et indemnitaires harmonisés, la mobilité encouragée, les « tours extérieurs » étendus, le passage vers le privé rendu très onéreux et irréversible.

La réflexion sur l’avenir de la fonction publique doit se développer sur le long terme. Plus généralement, on peut déduire de tout ce qui précède que, dans la crise il faut reconquérir les terrains de l’histoire du service public, de la rationalité, de l’éthique républicaine. Il faut, pour cela, redonner aux collectivités publiques des moyens d’expertise permettant d’ouvrir des perspectives à moyen et long terme. La fonction publique n’existe plus aujourd’hui dans les intitulés ministériels, elle est incluse dans les comptes publics, ce qui revient à la réduire à un coût, à une dépense, alors qu’elle est avant tout un ensemble de services publics finalisés par l’intérêt général. De même la fonction publique me peut être soumise au seul principe de l’annualité budgétaire. Ce non sens doit se traduire par une revendication simple : il faut définitivement sortir la fonction publique de Bercy !

Le service public participe de la sécularisation du pouvoir politique, de l’autonomisation de l’appareil d’État, de l’expansion administrative, de la socialisation des financements sociaux. Il pote de nouvelles exigences sur des questions fondamentales. Par exemple, l’adéquation à établir entre secteur public (propriété publique) et service public contrairement à la thèse soutenue par plusieurs rapports accréditant l’idée que l’essentiel serait la gestion et non la propriété et que l’on pourrait donc développer de manière générale des services publics « hors sol ». Ou encore, fonder la complémentarité et la solidarité des secteurs public et privé en faisant remonter la hiérarchie des normes au salariat privé par un renforcement de sa base législative dans le code du travail pour parvenir à une véritable sécurité sociale professionnelle. Sur in autre terrain, développer un travail théorique pour permettre de mieux appréhender l’efficacité sociale des actions publiques, celle-ci étant bien plus complexe car multidimensionnelle que la simple mesure de la rentabilité du secteur privé.

Enfin, il faut ouvrir sur tout le XXIe  siècle. Certains tentent de nous convaincre que le néolibéralisme serait un horizon indépassable et que ce serait, comme l’a écrit l’américain Francis Fukuyama, la fin de l’histoire. Je ne le pense pas du tout. Sous nos yeux on voit que le monde est de plus en plus celui des interdépendances, des interconnections, des coopérations, des solidarités, même si tout cela se construit souvent dans les contradictions, les conflits et la violence. Je crois, au contraire, que toutes ces formules de socialisation objective se condensent, en France, dans le concept de service public. C’est pourquoi je pense que le XXIe  siècle répondra à une loi de nécessité pour devenir l’âge d’or du service public. Et je fais mienne cette pensée de Pierre Teilhard de Chardin, jésuite et paléontologue, homme de science et prophète : « On empêchera plutôt la Terre de tourner que l’Homme de se socialiser ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s